DIEU EST MORT assassiné par les Francs-maçons

Pourquoi fuir la Franc-maçonnerie ?

Je vais partager avec vous une histoire qui illustre parfaitement le sens du travail maçonnique. Cela nous permettra de comprendre pourquoi autant de maçons repartent déçus sans avoir trouvé le Graal ou les réponses à leurs questions :

 

Cette histoire commence juste avant l’ouverture des travaux, le Couvreur officie à l’entrée de sa Loge, lorsqu’un Frère visiteur s’approche et lui dit :

– « Nous nous réunissons dans une Loge juste en face de la tienne et notre Tenue vient d’être annulée, Je ne suis jamais venu vous visiter, comment sont les Frères et les Sœurs de ta Loge ? »

Le couvreur, très sage lui répond par une question :

– « Comment sont les Frères et les Sœurs de la Loge d’où tu viens ? »

– « Ah, ils sont assez égoïstes et peu fraternels en réalité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis content de vous visiter ce soir, dit le Frère. »

Le couvreur répond :

– « Tu trouveras exactement la même mentalité dans notre Loge. »

Le Frère visiteur le remercie de sa réponse, puis il part ailleurs, en quête de la Loge idéale.

Cinq minutes plus tard, une Sœur se présente à la porte et lui pose exactement la même question.

– « Nous nous réunissons dans une Loge juste en face de la tienne et notre Tenue vient d’être annulée, Je ne suis jamais venue vous visiter, comment sont les Frères et les Sœurs de ta Loge ? »

 Le couvreur répond par la même question :

– « Comment sont les Frères et les Sœurs de la Loge d’où tu viens ? »

« Ils sont bons, accueillants, honnêtes et Fraternels, j’y ai de bons amis. J’ai beaucoup de regrets que notre Tenue soit annulée, répond la Sœur. »

– « Tu trouveras exactement la même mentalité dans notre Loge. »

La sœur visiteuse heureuse de cette réponse se joint donc aux travaux du soir.

Le Premier Surveillant, non loin de là, avait entendu les deux conversations. Il attend que la Sœur visiteuse s’éloigne, puis il s’adresse au Couvreur sur un ton de reproche :

– « Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux Francs-maçons ? »

Le couvreur répond alors :

– « Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres. Chacun porte en lui sa Loge. On ne vient pas en maçonnerie pour y trouver et cultiver autre chose que le meilleur de soi-même, sinon on repart forcément déçu.  »

 

Pour rester dans la même logique que cette histoire, dans la Grèce antique, les sophistes enseignaient à leurs disciples que pour être le plus équitable possible, non seulement il convenait d’argumenter pour défendre son opinion, mais il fallait aussi s’imposer un exercice d’argumentation pour défendre l’opinion de son adversaire. Etant entendu que l’adversaire est celui qui est sur l’autre versant, juste en face (c’est parfois celui qui est dans le miroir), mais certainement pas l’ennemi qu’il faut détruire. Lorsque notre esprit adopte cette logique empathique et sympathique, il trouve tout naturellement la voie du juste milieu. Le disciple se formait pour envisager le principe d’une vision à 360°.

 

De nombreux Frères et Sœurs affirment : « Ce n’est jamais la Franc-maçonnerie qui est décevante, c’est uniquement le Franc-maçon lui-même. » Pour ma part, je n’adhère pas à ce postulat. Pour obtenir une autre équation, je poserais le problème différemment : « Il est tout à fait possible d’être ponctuellement déçu par la Franc-maçonnerie et/ou par les Francs-maçons ». En réalité, les expériences vécues en Loge sont multiples et variées. Elles répondent parfaitement à nos besoins profonds et inconscients afin de nous aider à lever le voile sur nos vérités multiples et complexes. Tout dépend donc du sens que souhaitons donner à ce que nous vivons en Loge.

 

Pour mieux comprendre, nous avons tous un bon copain à qui il arrive tous les malheurs du monde et probablement un autre qui semble avoir été choisi par les Dieux, car tout lui réussi. On pourrait penser que le sort s’acharne sur le premier afin de le punir et que le second vit une existence de récompense, or il n’en est rien.

 

Ils vivent tous deux une existence qui répond bien souvent à une logique qui nous échappe. Il s’agit pour chacun des deux d’un monde connu, je dirais même très familier. Dans le même esprit, je connais des candidats en maçonnerie qui viennent frapper à la porte de la Loge après avoir intégré puis démissionné de l’A.M.O.R.C., de la Société Théosophique de France ou d’une Loge martiniste. Ils débarquent en Loge en pensant trouver la réponse magique à tous leurs problèmes. La lune de miel est généralement de courte durée, car ils ne tardent pas à démissionner pour s’orienter vers une autre voie. Dans ce contexte, il est évident que la déception est rapidement au rendez-vous.

 

Chaque année, plusieurs milliers de Francs-maçons quittent leur Loge. Pour la plupart, ils repartent déçus de ne pas avoir trouvé ce qu’ils cherchaient. Je m’interroge, ne serait-il pas temps que la maçonnerie dans son ensemble repense sa communication vis-à-vis de l’extérieur. Par exemple, plutôt que d’affirmer que nous possédons des secrets jalousement protégés, ne serait-il pas temps d’affirmer que nous aidons tout simplement les Apprentis à vider le récipient mental de ce qu’ils croyaient savoir afin de les aider à cultiver le doute ? Chaque maçon n’apprend-il pas que la vérité se trouve uniquement dans les questions qu’il se pose et non dans les réponses qu’on lui donne ?

 

Il ne s’agit nullement de choses magiques, nous sommes en présence d’une méthode de bon sens qui repose sur des lois naturelles. Par ailleurs, j’ai souvent remarqué qu’il existe une symétrie assez troublante entre mon histoire de vie et mon chemin maçonnique. C’est en prenant conscience de ce fait que les choses ont commencé à changer pour moi. La grande différence entre les deux est que je n’ai pas toujours eu la présence d’esprit, ni le pouvoir d’agir sur ma vie, alors que le laboratoire maçonnique est un lieu d’expérience et de liberté.

 

Depuis que j’ai adopté cette méthode, je vous avoue que la maçonnerie est devenue une caisse à outils fort utile pour cheminer dans la vie. Je vais vous confier un secret… si je n’avais pas donné ce sens à la maçonnerie et que j’étais resté à chercher les fameux secrets de pouvoir et de puissance, il y a déjà longtemps que j’aurais fui moi aussi.