DIEU EST MORT assassiné par les Francs-maçons

Est-ce que séduire c’est maçonner ?

Un récent article paru dans le blog de l’Express a fait le buzz cette semaine. Il s’agit du Grand Maître d’une Obédience masculine qui s’est pris les pieds dans son tableau de Loge en déclarant : « …une assemblée mixte provoque des jeux de séduction. Du coup, la forme des travaux prime sur le fond… ce qui nuit au partage d’une ambiance commune… on le fait nécessairement moins bien en mixité. »

Le journaliste François Koch, taquin comme on le connait,  n’a évidement pas manqué de poser la question complémentaire concernant la séduction entre Frères homosexuels. Le Grand Maître n’étant au demeurant ni gay, ni membre d’une Loge mixte s’est embarqué sur un sujet mouvant dont il n’a aucune idée pratique. Il a tout simplement perdu une bonne occasion de se taire et la preuve pour lui qu’il est temps de faire un stage (mixte évidement) pour apprendre la communication.

Je l’en remercie toutefois car cela m’a donné l’idée de ce Billet : « Est-ce qu’on peut séduire en Loge ? ». Commençons par définir ce que veux dire séduire, qui vient de seducere qui signifie « détourner du droit chemin ». Donc effectivement, nous avons notre réponse. La FM n’est pas le lieu idéal pour draguer à moins de vouloir se perdre sur les chemins de la dépravation.

Je suis un fervent partisan de la mixité et mon discours est simple sur ce sujet, ce n’est pas en voilant nos femmes et tous nos objets de désirs que nous pourrons travailler à la maitrise de nos passions. Par conséquent, travaillons sur nous avec la collaboration des tentatrices, mais de grâce, ne cachons plus ce sein que nous ne nous voulons plus voir. Chacun est libre, et rien n’empêche les uns et les autres d’aller se faire initier dans les Loges mono genre et le discours sur la séduction de notre désormais célèbre Grand-Maître ressemble étrangement à ce que nous entendons certains vendredi de la bouche de quelques imams inadaptés à notre culture occidentale.

Après avoir défini ce que pouvait être une norme acceptable de travail initiatique, parlons maintenant des abus de la séduction, car ils existent. Par exemple, j’ai connaissance d’un lieu maçonnique mixte ou parmi les dignitaires les coucheries sont monnaie courante. Le Temple sert alors d’agence matrimoniale du Grand Maître au Grand Orateur chacun vient « pécho » comme les disent les jeunes, au gré des opportunités. Une sorte de lieu de pêche où le Frère vient poser sa canne dans plusieurs points d’eau en attendant de ferrer le poisson de son choix au gré de la tolérance des sœurs sollicitées. Il arrive évidement quelques dérapages, car certains poissons sont déjà en main et on peut noter quelques dégâts collatéraux quand deux pêcheurs se disputent une morue de choix.

A propos, pourquoi je vous parle de cela ? C’est comme parler de pédophilie quand on parle de curés, c’est juste une déviance qu’il faut soigner et des victimes qu’il faut protéger. D’ailleurs à ce sujet, dans le clergé comme dans nos Obédiences, si on commençait par faire le ménage en reconduisant à la porte du Temple tous ceux qui ne viennent pas pour l’initiatique, nous aurions moins de soucis avec le service après vente. Coluche disait que la morale devient rigide quand le reste ne l’est plus. Là il est plutôt question de conscience qui devient molle chez certains pour faire le dernier tour de piste avant de ranger le matériel dans le placard aux souvenirs.  A bon entendeur salut.